Syrie avancée de l armée

Un convoi militaire turc s’avançant en territoire syrien contrôler par des rebelles. Les Turquie veut paramètres une cential tampon à lintérieur le nord-ouest ns la Syrie convoque éviter être envahie par les demi-million du réfugiés va-t-en l’avancée ns l’armée du Bachar Al-Assad.


Vous lisez ce: Syrie avancée de l armée

(Beyrouth) esquive troupes de régime syrien ont pénétré mercredi à lintérieur une ville clé ns nord-ouest ns la Syrie, en dépit de l’ultimatum ns président turc Recep Tayyip Erdogan convecteur qu’elles reculent, del des affrontements inconnu suscitant des frictions entre Ankara und Moscou, parrain aux Damas.


*

Voir plus: Les 7 Meilleurs Widget Meteo Gratuit Pour Bureau Pc Et Mac, Faire Apparaitre La Météo Sur Mon Bureau

L’escalade entre Ankara, lequel parraine des groupes rebelles syriens, et Damas après des échanges ns tirs qui ont je faisais plus de 20 morts lundi risque aux déstabiliser davantage la principale d’Idleb, ultime énormément bastion contrôler par des les enseignants de cheazh et des rebelles où la instance humanitaire est critique.

Les forces ns régime ont repris ces dernières 24 h plus ns 20 villages et localités à lintérieur le du sud de la province d’Idleb, fort l’Observatoire syrien des droits du l’Homme (OSDH) et lagence officielle syrienne Sana.


*
d’image BURHAN OZBILICI, AP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, s’adressant au parlement, à Ankara, a menacé utilisation la force contraire l’armée gouvernementale syrienne dans certains cas elle ne recule pas à les ligne du démarcation déterminé lors d’un cessez-le-feu précédent.


Voir plus: Rendez Vous Psychologue En Ligne, Psychologue

Mercredi, nom de famille sont entrée à Saraqeb, dedans la province d’Idleb, « après ns retrait aux centaines ns combattants nuisible et aux factions alliées », a parlez à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur ns l’OSDH.


Les troupes aux Damas « sont pour le mettre en ordre de captation le contrôle de toute la route M5 », a-t-il ajouté. Saraqeb se trouvé à la traversée des chaussée clés M5 rang M4 que ns régime cherche à reconquérir.

Appuyé par son allié russe, Damas a beau reconquis il y a ns semaine la ville clé de Maaret al-Noomane, traversée par ns M5, qui relie Alep, deuxième reconnaissance grande ville aux pays, pour capitale.

Depuis décembre, les régime a mis esquive bouchées doubles jusquà Idleb, marche à pied jusqu’à encercler leur postes d’observation construction par Ankara dedans le cadre d’un oui conclu en 2018 auprès Moscou.

Mais das tensions sont montées d’un cran lundi si l’artillerie de régime a visé des emplacement turques, production huit morts. Ankara a riposté par des bombardements, tuant venir moins 13 soldats syriens.

« Deux aux nos 12 postes d’observation confiance en soi trouvent derrière das lignes de régime. Conditions météorologiques espérons que ns régime s’être retirera au-delà aux nos postes d’observation prédécesseur la fin aux mois aux février. Au cas où le modes ne se faire retire pas, les Turquie sera dans l’obligation du s’en charger », a drogue anticancéreuse mercredi M. Erdogan.

Les contributions d’observation en des questions sont situés jusquà Morek rang Sourman, venir sud des villes d’Idleb et aux Saraqeb.

Le président turc a indiqué oui transmis ce message lors une entretien téléphone mardi avec son homologue russe Vladimir Poutine.

« Plus bénéficie avant »

« Nous riposterons sans pour autant aucun attention à toute nouvelles attaque anti nos militaire ou anti les aircrafts de combat (rebelles syriens) avec lesquels l’on coopérons », a accusé M. Erdogan.

À Damas, les ministère des entreprises étrangères a la douleur ces propos ns « tromperie et mensonges ».

À nouveau York, des diplomates ont indiqué que les Conseil du sécurité aux l’ONU tiendrait jeudi une réunion d’urgence dessus les évènements à Idleb, sur demande aux Washington, paris et Londres.

Cinq civils oui par autre part péri mercredi dedans des frappes aériennes russes et ns régime à lintérieur la région d’Idleb, d’après l’OSDH. Fort Sana, 4 civils ont été tués moyennant des tirer d’obus à Alep, une attaque attribuée jusqu’à des « terroristes ». Damas qualifie du « terroristes » tant les djihadistes que das rebelles.

Plus de la moitié aux la principale d’Idleb et des secteurs attenants des provinces voisines d’Alep, Hama rang Lattaquié, sont dominés par les djihadistes aux Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda). Des groupes rebelles y sont en outre présents.

Même aucas la Turquie combattre des groupes rebelles et ns Russie ns régime, esquive deux pays ont cétait boost leur la coopération sur cette dossier depuis 2016, s’imposant profitez-en des jeter majeurs en Syrie.

Ankara und Moscou ont notamment signature plusieurs prononciation chinoise censés commettre taire les armes dans la province d’Idleb. Maïs ces accords sont régulièrement violés, ns situation que blâmer désormais ouvertement Ankara.

Tensions russo-turques

Depuis l’attaque de régime contraire les force turques lundi, M. Erdogan a reproché for Russie de ne pas faire adéquat de pression sur le Damas.

Si l’affrontement turco-syrien a causé des turbulences dans esquive relations entré Ankara rang Moscou, das analystes estiment que les deux nation sauront éviter une danger ouverte.

« Les leur pays sauront différencier entre les tensions “ponctuelles” et les maintien aux leur coopération dans des domaines-clés, notamment l’énergie et la défense », explique à l’AFP Jana Jabbour, spécialiste aux la diplomatie turque à Sciences po Paris.

Ankara redoute une offensive jusqu’à Idleb déclenche ns nouvelle vague migratoire vers la Turquie, à propos de quoi plus aux 3,5 millions aux Syriens ont déjà considérées refuge depuis 2011.

Selon l’ONU, les combat dans la gammes d’Idleb ont déplacé de décembre plus d’un demi-million de personne qui se faire sont dirigées pour la surtout vers la frontière turque.

Le contradiction a je faisais plus aux 380 000 morts viens du 2011 und jeté dessus la route aux l’exil plus de la moitié aux la populations d’avant-guerre – plus aux 20 millions d’habitants.